Cet article est le dernier sur une série de trois, consacrés à ce que j’ai découvert et appris sur l’entrepreneuriat grâce au MOOC de l’EMLYON sur l’effectuation. Retrouvez la première partie « Les mythes de l’entrepreneuriat » et la seconde « Les principes de l’effectuation« .

Le processus entrepreneurial se définit comme la démarche utilisée par l’entrepreneur pour démarrer son entreprise et atteindre ses objectifs. Dans un contexte effectual, l’entrepreneur démarre avec lui même et se demande de quelles ressources il dispose. Ceci lui permet de définir des buts, ce qui l’amène à interagir avec des gens qu’ils connait. Certaines personnes vont alors s’engager dans le projet de différentes façons (argent, temps, services…). L’entrepreneur dispose alors de nouvelles ressources, qui vont lui permettre d’envisager des buts plus ambitieux, et ainsi de suite… Ce processus mène à la création d’une entreprise et parfois même d’un nouveau marché. Il est résumé par ce schéma :

processus-entrepreneurial
Finalement, l’effectuation nous montre que le point de départ n’est pas l’idée mais l’individu. De plus, elle met en lumière l’aspect social de l’entrepreneuriat. On voit bien en effet que l’engagement des parties prenantes est une étape cruciale pour la réussite du projet. Faute d’engagement, l’entrepreneur se retrouve bien dans une impasse. On dit alors que le projet n’est pas viable.

Quelques conclusions à méditer…

Comme le précise bien Philippe Silberzahn à la fin du MOOC, l’effectuation est loin d’être une méthode miracle pour réussir son projet de création d’entreprise. Cette approche ne fonctionne pas dans tous les cas. Cependant, elle peut s’appliquer particulièrement dans un contexte d’incertitude, notamment pour des produits, des services et des innovations de rupture. De mon côté, voila les quelques conclusions que je tire de cette approche entrepreneuriale :

  1. Limiter son investissement, fixer des pertes acceptables et démarrer modestement.
  2. Il ne faut pas hésiter à partager le risque avec d’autres parties prenantes.
  3. L’important est de passer à l’action rapidement. Se méfier des études de marché.
  4. Aller au contact du monde extérieur, le plus possible. Echanger, parler, discuter.
  5. Faire preuve de flexibilité et de souplesse pour faire évoluer son idée.
  6. Saisir les opportunités et être à l’écoute des surprises.
  7. Bien s’entourer et construire une équipe.

PS : Et merci à Florence Rigneau pour ces jolis dessins de synthèse :)

dessin-mythes-entrepreneuriateffectuation-principeseffectuation-principes2