Aux entretiens des écoles de commerce, il y a des questions mythiques, comme « pouvez vous nous citer trois de vos défauts et trois de vos qualités ? ». Mythiques parce que je ne sais pas si on les pose encore vraiment, et si c’est le cas, j’imagine que c’est soit parce que le jury est mauvais, soit parce que le candidat n’a vraiment rien à dire. De la même manière, avoir des « valeurs d’entreprise » semble être un exercice périlleux, souvent voué à l’échec. J’ai même découvert récemment qu’un site les listait ! On connait tous des entreprises qui listent fièrement leurs valeurs sur leur site web, tout en sachant qu’elles fonctionnent à leurs antipodes. L’excellent document sur la culture de Netflix par Reed Hastings va même jusqu’à citer les valeurs « respect » et « intégrité » d’Enron comme exemple !

Nous n’avons donc jamais cherché activement à nous doter de valeurs au sein d’Effervea. On y a bien réfléchi une fois ou deux, mais la démarche nous semblait fausse, manquant de sincérité. Et jusqu’à présent cela ne nous a jamais empêché d’avancer. Mais à mesure que nous construisons notre identité d’entreprise, que nous comprenons les forces et les faiblesses de notre association, nous commençons à savoir ce que nous aimons, ce que nous voulons défendre dans notre fonctionnement lors de notre développement. Et finalement ce sont ça nos valeurs. Bien plus qu’un message adressé à l’extérieur, qu’un slogan commercial ou un argument marketing, ce sont trois principes que nous choisissons d’examiner à chaque fois que se pose une décision difficile à prendre.

Ces valeurs se sont imposées à nous lors d’une discussion à la fin d’un déjeuner. Pour l’instant elles sont simplement gribouillées sur une feuille volante que je garde à proximité de mon bureau. Peut-être qu’elles trouveront prochainement leur place sur un document plus visible, dans le cadre d’un recrutement par exemple. Ou peut-être qu’elles en resteront là. Très probablement, elles seront amenées à évoluer, à grandir ou à changer lentement, afin de mieux refléter nos aspirations. Déjà elles ont fait des petits, puisque peu de temps après avoir noté ces valeurs, il en est découlé ce que nous considérons désormais comme notre « mission d’entreprise« . Là encore nous prenons le temps de voir comment cette décision résiste au temps avant de construire dessus.

Alors, nécessité ou pas les valeurs d’entreprise ?